Livres à paraître

  • Le bilinguisme est un enjeu constitutif de la formation du Canada qui s'imbrique dans l'histoire de ses plus vives tensions. En cela, il pose la question centrale du politique, à savoir celle des conditions d'aménagement d'un vivre ensemble et de la réponse aux aspirations fondamentales de la société. Ce numéro du BHP propose d'interroger le bilinguisme dans ses dimensions idéologiques et historiques, notamment dans son principal moment de cristallisation, celui des années 1950 et 1960, où il acquiert la valeur d'un projet au coeur d'un imaginaire politique et identitaire canadien en formation.

    Avec les textes d'Harold Bérubé, François-Olivier Dorais, Daniel Poitras, Valérie Lapointe-Gagnon, Roberto Perin, Serge Miville, Jean-Philippe Carlos, Janique Dubois, Justin Dubois et Pierre Foucher.

    En savoir plus [+]
  • Parce qu'il s'est juré de ne plus jamais mettre en péril la vie de ses proches, Eugène Duchamp a délaissé pour de bon ses activités de détective. Avec son ami Herb Parker, il s'adonne désormais à la contrebande d'alcool, modeste commerce qui leur assure des jours relativement tranquilles. Mais voilà que la célèbre danseuse Carole Morgan, nouvellement couronnée Miss Montréal, est retrouvée étranglée le long des voies du chemin de fer. Pour la police, Herb est un suspect tout désigné: le bootlegger est introuvable depuis la nuit du meurtre, or la victime aurait été vue pour la dernière fois sortant d'un club de jazz au bras d'un jeune Noir. Parce qu'il sait son compagnon parfaitement incapable de commettre ce crime odieux, Duchamp, à son grand dam, reprend du service pour le disculper.

    Dans ce troisième et dernier tome de la série Red Light, les Années folles semblent bien loin. Les rues de Montréal, rongées par la Grande Crise, sont plus tortueuses que jamais et Duchamp sait que chaque geste, chaque décision pourrait causer sa perte. Mais une vieille connaissance revenue d'outre-tombe se propose de lui montrer la voie…

    En savoir plus [+]
  • Parce qu'il s'est juré de ne plus jamais mettre en péril la vie de ses proches, Eugène Duchamp a délaissé pour de bon ses activités de détective. Avec son ami Herb Parker, il s'adonne désormais à la contrebande d'alcool, modeste commerce qui leur assure des jours relativement tranquilles. Mais voilà que la célèbre danseuse Carole Morgan, nouvellement couronnée Miss Montréal, est retrouvée étranglée le long des voies du chemin de fer. Pour la police, Herb est un suspect tout désigné: le bootlegger est introuvable depuis la nuit du meurtre, or la victime aurait été vue pour la dernière fois sortant d'un club de jazz au bras d'un jeune Noir. Parce qu'il sait son compagnon parfaitement incapable de commettre ce crime odieux, Duchamp, à son grand dam, reprend du service pour le disculper.

    Dans ce troisième et dernier tome de la série Red Light, les Années folles semblent bien loin. Les rues de Montréal, rongées par la Grande Crise, sont plus tortueuses que jamais et Duchamp sait que chaque geste, chaque décision pourrait causer sa perte. Mais une vieille connaissance revenue d'outre-tombe se propose de lui montrer la voie…

    En savoir plus [+]
  • Alors même qu'il est un fugitif traqué, l'activiste Jacob Lebleu prépare des attentats contre Jean-Marc Courville, un promoteur immobilier sans scrupule aux projets mégalomanes. Ce dernier a notamment dans sa mire l'île de Hull et la dernière « maison allumette » de la rue Falardeau, épargnée par les grues de son père en 1969. Cette année-là, près de 6000 résidents aux moyens modestes avaient été expropriés. Lebleu, originaire de la région, ne l'a pas oublié. La sergente-détective Judith Allison, qui suit en Outaouais le stage de formation en contre-terrorisme de la Gendarmerie royale du Canada, ne se doute pas qu'elle sera bientôt propulsée dans une enquête haletante qui l'entraînera jusque dans le Nunavik à la poursuite de l'activiste. Le duel psychologique entre l'enquêtrice et le terroriste environnemental est au coeur de ce polar admirablement construit.

    En savoir plus [+]
  • « Moi non plus, je ne crois pas que c'est un roman. »
    - La mère de l'auteur

    L'auteur (ou serait-ce son alter ego ?) qualifie son livre de « machin-bouquin ». Il n'a pas fait, en tout cas, un roman comme les autres. Ses errances, ses réminiscences, ses « fragments de discours amoureux » sont scandés par des notes de bas de page chicaneuses, parfois signées par lui, mais aussi, souvent, par un éditeur colérique, un chargé de projet désemparé, une correctrice narquoise ou une infographiste grincheuse. Tout cela pourrait donner le tournis, mais pas du tout : le récit a été construit avec une précision d'horloger.

    Au-delà du dispositif qui lève le voile sur les métiers de l'édition – et sur le métier d'auteur au premier chef – Ce sera tout est le lieu d'un romantisme pudiquement désespéré et d'une vraie réflexion sur l'écriture et la lecture.

    En savoir plus [+]